Avertir le modérateur

10 octobre 2008

DEB | BHL-Houellebecq : Ennemis publics

ACTE I

Commençons par le commencement.
De quoi s'agit-il ? D'une correspondance entre deux écrivains. Deux écrivains majeurs. Mais vivants. Mais « dérangeants ». Nous ne sommes pas, là, dans la littérature qui se prête à toutes les cuistreries propres à agrémenter les dîners en ville. BHL-Houellbecq : fallait y penser. Et fallait oser. Ils l'ont fait. Ils ont, au moins reconnaissons-leur cela, ils ont du courage.
Couple improbable ? Justement. Il fallait ces deux-là : détestés et tout autant encensés. Cibles idéales pour la meute.
Mais, c'est que ça s'engage pour le pire et le meilleur une affaire comme ça. Pour le pire surtout
: publié sous X, le livre, d'emblée, s'il suscite la fébrilité, la curiosité, génère la jalousie. La meute est jalo
use sans le savoir. La meute est dépressionniste, comme Houellebecq, la meute est idéaliste, comme BHL . La meute a, pour le prix d'un, ses deux cibles favorites. Deux cibles aux antipodes l'une de l'autre. BHL et Houellebecq, rien à voir. Rien de rien. J'entends déjà dire : « Justement, c'est du marketing. Réunir le jour et la nuit en un seul produit, c'est génial coco ! » Du deux-en-un. Ceux-là, ceux de ce discours, parions qu'ils n'ouvriront pas le livre, qu'ils se contenteront de commenter les commentaires, comme d'habitude, dirais-je.
Livre schizophrène ? Pas tant que cela.
Ainsi, page 81, BHL : « Nous sommes tous plus ou moins guidés par une étoile n'est-ce pas ? Eh bien, il y a les mauvaises étoiles, celles que les Latins appelaient les « sidera » et qui ont pour propriété de vous attirer vers le fond, le gouffre, l'abîme de vous-même [...]. Et il y a les bonnes, celles qu'ils appelaient les « astra », les astres, et qui, elles, au contraire, vous font lever la tête, regarder vers le ciel et, d'abord, le ciel des idées...
»

Alors, vous, vous êtes plutôt sidera ou plutôt astra ?

 

ACTE II


Je vais donc le lire trois fois, ce livre : d'abord la partie BHL, puis la partie Houellebecq, et enfin, dans sa continuité. Comme si, après avoir écouté l'un et l'autre séparément je les mettais face à face. Il doit être dit, que je ferai fi, une fois pour toutes, dans cette chronique des ricanements sournois qu'elle ne manquera pas de provoquer.

Je le lis donc, patiemment, attentivement ce livre, Ennemis publics (Flammarion-Grasset éditeurs) que j'ai attendu dans une belle fébrilité dès que j'ai su son existence.

Au fond, me dis-je, plutôt qu'une « critique » une fois pour toutes de ce livre, pourquoi ne serait-il pas un thème récurrent où je pourrais m'inscrire. Pourquoi ne serait-il pas le fil rouge de plusieurs posts ? Au risque de lasser mes lecteurs ce dont, je l'avoue ici, je ne fais pas tant de cas que cela.

C'est qu'il y a deux aspects du monde avec ce livre-là. Pas si antagonistes que ça, pas autant de connivence que ça non non plus. Il y a beau temps que le manichéisme n'est plus pour moi qu'un exercice de style, une commodité souvent, surtout lorsqu'il s'agit de politique. En gros : on est à droite ou on est à gauche. Le milieu ? Ce juste milieu qu'invoquent les imbéciles ou les gens très sages ne me passionne guère. Mais cela peut faire un prix Nobel de littérature à l'occasion.

Ainsi pourrait-on imaginer, d'un côté l'optimisme (et je vous prie de croire que je sais comme il peut être volontaire), de l'autre le pessimisme (et je sais aussi comme il peut être forcé), ce qui pourrait satisfaire tout le monde.

Où Houellebecq évoque ses problèmes d'eczéma, BHL raconte ceux de Cocteau. D'aucuns diront : ça a une autre gueule, non ! Sous-entendu : Cocteau, quand même, c'est d'un autre niveau que Houellebecq, non ? Tout cela pour fustiger la pseudo mégalomanie de BHL et louer la simplicité d'un Houellebecq.

Deux faces du monde, disais-je, et qui n'en finissent pas de s'opposer et de se rapprocher. Houellebecq inclinerait pour une détestation des hommes et de l'humanité en général et ne lui verrait pas beaucoup de chances de succès tandis que BHL s'écrirait : pas du tout, il suffit de relever la tête et de regarder les idées qui sont au-dessus de nous.

Le Cocteau désormais célébré, n'a-t-il pas été détesté au point qu'il y avait toujours quelqu'un, lors d'une projection d'un des ses films, qui voulait lui casser la gueule.

Au moins y a-t-il une certaine justice : BHL, Houellebecq sont haïs. Ils le savent. Cette justice du pire, je ne la cite que pour en souligner le ridicule. Y en a-t-il qui haïssent les deux ? Lequel souffre le plus de la critique, de l'ignominie dont on les accable ? Il semblerait de ce soit Houellebecq, voire ! Houellebecq qui s'interroge sur cet autre, bien servi lui aussi par la vindicte, Sollers : « Sous le Philippe Sollers social, existe-t-il encore un Philippe Sollers réel ? »

La question ne vaut-elle pas pour toutes celles et tous ceux qui ont un peu de pouvoir, de notoriété et qui, injure suprême, se permettent d'être singuliers ? Au palmarès des insultés, n'oubliez pas Ségolène Royal je vous prie.

Dès la première page du livre, Houellebecq annonce la couleur. Il sait que les critiques sont des gens pressés qui lisent les livres en diagonale, cherchent l'angle d'attaque et à coiffer les autres critiques au poteau. Il leur complique alors la besogne par ce portrait de lui-même que la rumeur a dressé. Ainsi, les plumitifs que nous sommes vont-ils devoir chercher d'autres adjectifs. Mais les pistes sont là : « Nihilste, réactionnaire, cynique, raciste et misogyne honteux. »

Voilà, les leçons de Sollers ont porté : inclure dans son livre sa propre critique. « Anarchiste de droite ? Beauf ? « Auteur plat n'ayant accédé à la notoriété que par suite d'une invraisemblable faute de goût... »

Cette introduction, n'en doutons pas deviendra d'anthologie. En deux pages sont réunies les critiques les plus assassines.

En voulez-vous sur BHL ?

Voici (si j'ose dire), sous la plume de Houellebecq : « Spécialiste des coups foireux et des pantalonnades médiatiques [...]. Intime des puissants, baignant depuis l'enfance dans une richesse obscène, vous êtes emblématique de ce que certains magazines un peu bas de gamme comme Marianne continuent d'appeler la " gauche-caviar " [...]. Philosophe sans pensée, mais non sans relations, vous êtes en outre l'auteur du film le plus ridicule de l'histoire du cinéma. »

Il pourrait conclure, mais au contraire, c'est par là qu'il commence (puisque ce sont les toutes premières lignes) : « Tout, comme on dit, nous sépare à l'exception d'un point, fondamental : nous sommes l'un comme l'autre des individus assez méprisables

Ce à quoi, BHL, réplique par Cocteau, Pound, Camus, Baudelaire...

Le liste serait longue.

Mais suffit ! BHL ne se vautre pas dans l'autodénigrement. Cela fait partie du secret, son secret.

La haine, Houellebecq y revient lui. Il digère moins bien sans doute, et je peux comprendre ça. La haine dont il a été et dont il est toujours l'objet il ne veut pas tout de suite l'évacuer. C'est qu'il en connait la sale gueule, comme tout le monde, mais lui, il a de la mémoire. « Souvent, lorsque vous étiez mentionné dans la conversation, j'ai vu apparaître un vilain rictus que je connais bien, un rictus de joie basse et commune à l'idée de quelqu'un que l'on va pouvoir insulter sans risques. »

à suivre

05 octobre 2008

JO | Mnouchkine | La piste

J.O. de Pékin 2008 par
le Théâtre du Soleil,
Mémoire Magnétique,
Reporters
Sans Frontières.
Nous remercions les dissidents chinois, les réfugiés tibétains..

Blogs & Littératures

DEB | Blogs & Littératures | Part 1

Extrait d’un débat qui a eu lieu à “L’escale du Livre” de Bordeaux, en avril 2008.  Sur une idée à moi. Avec David Foenkinos, Serge Joncour, Emmanuel Aldy et DEB. Modérateur : Alexis Brocas (Magazine littéraire). L’ensemble dure près de 90′. Il y aura deux extraits (voire trois) de 7 ‘ chacun. On n’y voit beaucoup, me dira-t-on. La raison, la voici : normalement cette vidéo ne doit pas être publiée. Il faudrait pour cela l’accord de tous les participants. J’ai la flemme de faire la tournée. J’ai demandé à l’un d’eux. Il a accepté.
Quel chic type ce DEB !



Blogs & Littératures
envoyé par borddeleau

www.deb33.com

 

Autour des 400 coups

Fiche technique

Réalisation : François Truffaut
Scénario : François Truffaut
Adaptation : Marcel Moussy et François Truffaut
Photographie : Henri Decae
Montage : Marie-Joseph Yoyotte
Décors : Bernard Evein
Musique : Jean Constantin
Production : Les Films du Carrosse, SEDIF Fiche artistique Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel
Claire Maurier : Madame Doinel
Albert Remy : Monsieur Doinel
Guy Decomble : Le professeur Georges Flamant
Patrick Auffray : René
Jeanne Moreau : La dame au chien
Bande-annonce

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu